PROBTP
AIDANT

Le rôle de l'aidant

Vous apportez un soutien régulier à un proche en situation de dépendance ou de perte d'autonomie et cela, à titre non professionnel ?
Vous êtes sans doute un aidant familial. 

8,3 millions

de personnes veillent sur un proche malade, handicapé ou dépendant (1) en France.

60 %

d'entre elles ignorent qu'elles sont aidantes (2).
 

90 %

ne se considèrent pas
comme telles (2).
 

La majorité

occupent un emploi par ailleurs (2).

 

Qu'est-ce qu'un aidant ?

En France, 8,3 millions de personnes veillent sur une personne malade, handicapée ou dépendante. L’aidant s’occupe du proche en difficulté, le soutient, l’accompagne, l’assiste, répond à ses besoins dans les activités de la vie quotidienne comme les repas, la toilette, les sorties ou encore les courses.


Selon l'article R.245-7 du Code de l'action sociale et des familles :

Est considéré comme aidant familial le conjoint, le concubin, la personne avec laquelle le bénéficiaire a conclu un pacte civil de solidarité, l'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au quatrième degré du bénéficiaire, ou l'ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu'au quatrième degré de l'autre membre du couple qui apporte l'aide humaine définie en application des dispositions de l'article L.245-3 du présent Code et qui n'est pas salarié pour cette aide.

De même, la Charte européenne de l'aidant familial précise :

L'aidant familial est la personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non, et peut prendre plusieurs formes, notamment : nursing, soins, accompagnement à l'éducation et à la vie sociale, démarches administratives, coordination, vigilance permanente, soutien psychologique, communication, activités domestiques…

La notion d’aidant s’élargit

De plus en plus utilisé, le terme "proche aidant" va aujourd’hui bien au-delà du cercle familial en regroupant aussi les amis ou les voisins qui apportent leur soutien.

 

Gérer l'annonce de la maladie ou du handicap

Le diagnostic d’une maladie grave chez un proche bouleverse le quotidien. Cette nouvelle peut être source d'angoisse. La personne atteinte va devoir lutter contre ses peurs pour faire face à cette nouvelle réalité. Son attitude peut être difficile à comprendre pour vous (agressivité, négation de la maladie, silence…).

Pour aider votre proche et vous préserver, il est essentiel de comprendre et respecter ses réactions même si elles peuvent vous sembler déroutantes.

 

Vous préserver

Ne l'oubliez pas, la maladie est aussi une épreuve pour vous. Elle affecte votre vie, la vision de votre proche et celle de votre avenir ensemble. Autorisez-vous à vous reposer, à vous éloigner par moments pour reprendre votre souffle, à trouver vous aussi de l’aide. Vous devez vous sentir bien vous-même pour pouvoir aider une personne malade.

 

La notion de jeune aidant

Sur les 8,3 millions d’aidants en France, plus de 500 000 auraient moins de 25 ans – des enfants, des adolescents et des jeunes adultes qui s’occupent au quotidien d’un parent malade ou handicapé. Cette situation peut avoir de lourdes conséquences sur leur vie personnelle et professionnelle : isolement, échec scolaire, harcèlement, difficultés d’insertion…

De nombreuses associations et structures proposent des actions locales à destination de ces jeunes : l’Association des paralysés de France, l’UNAFAM ou encore le dispositif Jeunes AiDants Ensemble (JADE) qui propose des ateliers de cinéma-répit.

 

(1) Association Française des Aidants

(2) Étude Aidants Domplus de février 2016.

Scroll to top